Nous  vous la présentions il y a quelques jours suite à son annonce, elle est déjà entre nos mains. Voici donc aujourd’hui le test complet de la toute nouvelle souris gaming SteelSeries Rival 600. Un mulot avec quelques fonctionnalités inhabituelles pour le constructeur.

Le gaming c'est votre truc ?
La fiche technique

Système De Capteur

  • Système de capteur : Système à double capteur TrueMove3+ de SteelSeries
  • Capteur principal : Capteur de gaming optique TrueMove 3
  • Capteur secondaire : Détection optique linéaire sensible à la profondeur CPICPI allant de 100 à 12000, par incréments de 100 IPSPlus de 350, sur les surfaces QcK SteelSeries
  • Accélération : 50 g
  • Accélération matérielle : Aucune (accélération matérielle nulle)
  • Distance de soulèvement : Personnalisable, de 0,5 mm à 2 mm

Design

  • Matériau de surface : Surface douce noire
  • Structure centrale : Plastique renforcé de fibres
  • Forme : Ergonomique, pour droitier
  • Style de prise en main : Universelle
  • Nombre de boutons : 7
  • Type de switch : Boutons SteelSeries prévus pour 60 millions de clics
  • Illumination : 8 zones RVB, contrôlées indépendamment
  • Poids : 96 g sans le câble. Personnalisable jusqu’à 128 g
  • Longueur : 131 mm
  • Largeur : 62 mm (avant), 62 mm (milieu), 69 mm (arrière)
  • Taille : 27 mm (avant), 43 mm (arrière)
  • Type de câble : Amovible, caoutchouc doux
  • Longueur du câble : 2 m/6,5 pi

Design et ergornomie

SteelSeries continue de développer son nouveau design produit et cette Rival 600 ne déroge pas à la règle. Si la Rival 310 que nous avions testé dernièrement reprenait quelques idées sur sa grande soeur, nous sommes ici face à un tout nouveau modèle. Et nouveau modèle implique donc un nouveau design.

Gauche - SteelSeries Rival 600

Le côté gauche du mulot accueille trois boutons de macros qui seront bien évidemment paramétrables via le SteelSeries Engine. Étonnamment la position de ces boutons est plutôt contre-intuitive. En utilisant « palm grip », seul le bouton central tombe parfaitement sous le pouce et les deux autres demanderont un effort assez contraignant pour être atteints.

La Rival 600 propose un design uniquement destiné aux droitiers. On ne retrouve donc pas de boutons sur la partie gauche de celle-ci. L’éclairage RGB est quant à lui plus développé que sur les autres souris de la marque. On a droit -en plus de la molette et du logo- à deux bandes RGB séparées en 3 zones chacune.

Droite - SteelSeries Rival 600

Les boutons principaux sont indépendants du corps de la souris et sont équipés d’interrupteurs relativement bruyants comparés à ce qu’à déjà pu nous proposer SteelSeries. On retrouve une molette agréable au touché avec des crans suffisamment marqué pour être utilisée en jeu.

L’ensemble des parties de la souris en contact avec la main sont recouvertes d’un revêtement soft touch très agréable. Ce revêtement a par contre tendance à vite prendre les marques et les traces. Comme souvent, c’est très confortable, mais ça résistera difficilement à l’épreuve du temps.

Ouverte - SteelSeries Rival 600

La prise en main est plutôt bonne. La Rival 600 aurait par contre mérité d’être un peu plus bombée sur le haut, car la position de la main n’est pas optimale à notre sens. Nous préférons de loin la prise en main de notre fidèle Rival 300. La nouvelle venue donne l’impression de moins bien se caler dans la paume de la main.

Fonctionnalités et logiciel

Parmi les quelques excentricités de la SteelSeries Rival 600, nous allons nous attarder d’abord sur la gestion du poids. C’est à notre connaissance une première pour la marque qui propose donc 8 petits  poids de 4 grammes chacun. Ses poids peuvent prendre place de chaque côté du mulot, sous les coques qui sont amovibles et aimantées.

Installation Poids - SteelSeries Rival 600

On retrouve donc 4 emplacements distincts de chaque côté qui permettront, selon la répartition choisie, de modifier le centre de gravité du mulot. Fonction gadget ? Possible. Nous n’avons pour notre part jamais été réellement sensibles à ce genre de possibilité et nous préférons en général nous abstenir d’ajouter du poids à nos souris.

Engine RGB - SteelSeries Rival 600

La gestion de la souris se fait comme toujours à l’aide du pilote SteelSeries Engine qui permet de contrôler tous les appareils de la marque. Il est toujours possible de créer différents profils et de gérer tous les paramètres de la souris : sensibilité, accélération, distance de décrochage, etc.

RGB - SteelSeries Rival 600

C’est également ici qu’on pourra choisir et configurer notre rétroéclairage. La fonctionnalité est ici un peu plus poussée que sur les autres souris du constructeur puisque de nouvelles zones font leur apparition avec les deux bandes présentes sur le dos.

Performances

Attaquons-nous maintenance aux performances de la SteelSeries Rival 600 et à son utilisation au quotidien. Comme c’est de coutume actuellement, nous l’avons éprouvée sur le dernier titre en vogue : PUBG. Nous en avons également profité pour l’utiliser avec Photoshop pour l’édition des photos de cet article.

La souris répond parfaitement, c’est maintenant devenu une habitude avec les produits de la marque. Nous n’avons constaté aucun décrochage et le capteur se révèle d’une précision redoutable dans toutes les situations. Rien à redire donc sur ce point.

Double Capteur - SteelSeries Rival 600

On reste par contre un peu dubitatif sur le double capteur intégré qui est une des spécificités de ce modèle. Après de longues heures et en comparant avec le comportant de notre fidèle Rival 300 nous n’avons pas constaté de différence flagrante dans le comportement du curseur lors des soulèvements de la souris.

La différence se ferait-elle plus sentir pour les joueurs pros qui utilisent bien souvent des DPI très faibles et effectuent de nombreux mouvements ? Possible. Nous n’avons clairement pas les billes pour répondre à cette question. Toujours est-il que pour un usage « classique » avec des DPI à 1600, la différence ne se fait clairement pas sentir.

Pour conclure

La souris SteelSeries Rival 600 propose globalement une prestation convaincante sur tous les points. Son design très réussi plaira au plus grand nombre et sa qualité de fabrication est impeccable. SteelSeries s’améliore clairement avec le temps et c’est tant mieux pour nous.

Les performances sont également au rendez-vous avec un système de capteur qui répond parfaitement et une souris très agréable à utiliser au quotidien et en jeu. On regrette par contre les quelques fonctionnalités qui seront inutiles au commun des mortels et qui font logiquement gonfler la facture pour atteindre presque 90€.

SteelSeries
Périphériques pour joueurs

SteelSeries Rival 600

EUR 89,99
8.3

Design

10.0/10

Ergonomie

8.0/10

Fonctionnalités

8.0/10

Prix

7.0/10

On aime...

  • Le design réussi
  • Les matériaux de qualité
  • Les performances

On aime moins...

  • Le prix
  • Les fonctions "gadgets"

2 Commentaires

  1. Hello,
    Merci pour ces tests. J’ai moi aussi cette souris depuis quelques mois. Et j’aurais 2 ou 3 détails à ajouter :
    – la souris BUG sur la couleur jaune, ou au passage entre bleu et jaune, ou quelque chose comme ca. Mais malheureusement pour moi, mon tapis de souris est bleu avec 2 rectangles jaunes. Et régulièrement quand j’arrive sur ces zones jaunes, j’ai un blocage. (d’ou mon mauvais score à pubg 😉 )

    – autre détail : le bouton (B6 pour les intimes) le plus en avant pour le pouce, totalement inaccessible pour moi, même avec de grandes mains.

    Alors j’aimerais bien signaler ce bug de jaune, mais pas facile sur leur site.

    Alors le double capteur… J’en suis pas du tout convaincu.

    • Hello Fred 🙂
      Merci pour ce retour.
      C’est étonnant ce problème de tracking en fonction des couleurs. Aucun souci sur un tapis classique ?

Laisser une réponse:

Merci d'écrire votre commentaire!
Merci d'entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.